​Le site web dans les nouveaux écosystèmes de communication multi- et interculturelle
Axe 2 l’espace public pluriel

Cette journée d’études est la troisième d’une série de journées consacrées à la problématique du site web. Elle associe l’axe 2 Espace public pluriel du laboratoire Communication et sociétés.

Problématique :

  • La communication des organisations (entreprises, collectivités, ONG, institutions patrimoniales, universités, …) se déploie dans un contexte qui est caractérisé par :
  • La présence incontournable des écosystèmes numériques (web, réseaux sociaux, mobile, réalité augmentée, Internet des données, web des données, …)
  • Une communication multiculturelle aussi bien à une échelle micro (locale) que macro(globale), inter-individuelle que « de masse » ;
  • Des nouvelles formes et pratiques de communication telles que la communication participative, la communication bouche à oreille, les stratégies du réseautage social (en anglais, grassroot networking) et du plaidoyer social (en anglais, social advocacy) ;
  • La création contrôlée d’écosystèmes culturels, langagiers et comportementaux entiers (cf. le terme anglais de « brandscape » qui veut dire univers (sémiotique) de marque) offrant aux publics visés (consommateurs, …) des univers de sens tout faits comme dans des jeux vidéo augmentés ;
  • La veille (stratégique, culturelle, …) pour anticiper des évolutions pouvant avoir un impact sur une organisation.

Tous les systèmes de communication sont concernés par ce phénomène : communication interne, communication B-to-C, communication institutionnelle, communication non-marchande, relations publiques, communication événementielle, etc. Se pose donc ici une série de questions relatives à la place et à la fonction du site web dans ces nouveaux écosystèmes de communication et aux « stratégies » lui permettant de répondre – bon an mal an – aux multiples exigences d’une communication entre acteurs (personnes, groupes, communautés, …) dont les références et aspirations culturelles peuvent fortement varier.

Comité scientifique

  • − Luc Massou – Université de Lorraine / Laboratoire CREM (Centre de Recherche sur les Médiations)
  • − Patrick Mpondo Dicka – Université Toulouse 2 Jean Jaurès / Laboratoire LERASS (Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales), équipe CPST (Communication, Pratiques, Sens et Textualités)
  • − Nathalie Pinède – Université Bordeaux Montaigne / Laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication et Arts)
  • − Sébastien Rouquette – Université Clermont Auvergne / Laboratoire Communication et Sociétés
  • − Peter Stockinger – INALCO (Institut national des Langues et Civilisations Orientales) – Laboratoire PLIDAM (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique, Acquisition, Médiations)

historique

  • Les 16-18 décembre 2016, une première journée d’études organisée par Patrick Mpondo Dicka (laboratoire LERASS, université Toulouse 2) posait la question suivante : « L’analyse des sites web est- elle toujours pertinente ? ». Cette journée d’études, riche en échanges, a permis de mettre en évidence plusieurs éléments clefs documentés dans un ouvrage collectif paru aux éditions de Boeck.
  • _ Une deuxième journée (organisée par Nathalie Pinède) a eu lieu du 30/11 au 1/12/2017 à l’Université Bordeaux Montaigne / Laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication et Arts). Cette deuxième journée a traité plus particulièrement la problématique des sites web émanant d’une organisation sociale, en prenant le terme « organisation » au sens large (entreprises, collectivités, institutions publiques ou privées).
  • _ La troisième journée qui aura donc lieu à l’Inalco (Paris) se propose de prolonger la problématique ouverte par les deux précédentes en examinant, plus particulièrement, la place, la fonction et l’évolution du site web dans les nouveaux écosystèmes de communication multi- et interculturelle.