Actualité

outils

  • annuaire
  • localisation
  • plan site

soutenance Florine Garlot

soutenance Florine Garlot

Florine Garlot soutiendra sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication le vendredi 14 février à 14h00 amphi 220 (MSH).

Son intitulé : « (Re)penser la communication des associations de solidarité internationale françaises. D’un état des lieux à des pistes théoriques et opérationnelles ».

Résumé :
La recherche doctorale, dont il sera rendu compte, fait l’objet d’une CIFRE, au sein du réseau Auvergne-Rhône-Alpes d’appui à la coopération internationale (RESACOOP). Elle vise à comprendre le sens construit sur la solidarité internationale – par son histoire, les représentations sociales qui ont cours et la communication externe des associations de solidarité internationale – ainsi qu’à proposer et expérimenter des pistes de communication de solidarité internationale démocratiques.
Cette thèse est née d’un trouble lié à ma pratique professionnelle : il existe un décalage entre la fin (l’aspiration à une solidarité internationale) et les moyens (une communication invitant les «  citoyen·nes du Nord  » à «  aider les victimes du Sud  »). Pour confirmer ce trouble et tenter de le résoudre, cette recherche-action adopte un plan en trois parties. La première dresse le cadre théorique et méthodologique de ce que John Dewey ([1938], 1993) nomme une «  enquête sociale  » et présente un historique de la solidarité internationale dans sa pluralité. La seconde confronte production communicationnelle des associations de solidarité internationale et réception par des publics. Elle met en avant l’échec de la communication de solidarité internationale qui ne parvient ni à faire évoluer les représentations sociales ni à atteindre les objectifs opérationnels fixés par les communicant·es rencontré·es. Partant de ce constat, la troisième partie s’efforce de proposer des pistes permettant de penser une nouvelle manière d’envisager et de pratiquer la solidarité internationale et la communication de ses associations. Elle s’appuie sur des apports théoriques (la pensée décoloniale, la sociologie économique, le modèle de l’incommunication, la philosophie, la psychologie sociale), mais aussi sur des expérimentations conduites tout au long de ces années de recherche.

Mots clés :
Communication des associations ; communication politique ; solidarité internationale ; recherche-action ; représentations sociales ; production ; réception ; enquête sociale ; démocratie ; expérimentation

Membres du jury :
Bertrand Cabedoche, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Grenoble Alpes, Rapporteur
Tourya Guaaybess, Maîtresse de conférences H.D.R en sciences de l’information et de la communication, Université de Lorraine, Rapportrice
Jean-Louis Laville, Professeur des universités en sociologie, CNAM, Examinateur
Anne Lehmans, Maîtresse de conférences H.D.R en sciences de l’information et de la communication, Université de Bordeaux, Examinatrice
Ana-Maria Oliveira, Chargée de mission formation et expertise, CIEDEL, Examinatrice
Éric Dacheux, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université Clermont Auvergne, Directeur de thèse